Point sur le nouveau malus automobile

Le projet de loi de finances pour 2014 prévoit un durcissement de la taxe sur les véhicules polluants, autrement appelée le “malus automobile”. Ce durcissement va directement impacter les grosses berlines, ainsi que les monospaces familiaux. Explications dans cet article.

Dans le cadre du projet de loi de finances pour 2014, le gouvernement a décidé de durcir le malus automobile. Ce malus, qui a la forme d’une taxe, frappe d’une manière générale, les véhules les plus polluants.

Alors que jusqu’ici le malus automobile pouvait atteindre 6.000 euros pour les grosses berlines, il pourrait passer à 8.000 euros dès l’année 2014.

Pour échapper à ce malus, il sera nécessaire que le véhicule rejette moins de 130g de dioxide de carbone par kilomètre. Jusqu’à ce jour, le seuil était fixé à 135g.

On constate à la lecture du projet de loi que le barème est également durci.

Ainsi, alors que le malus était de 300 euros pour les véhicules émettant entre 140 et 145g de CO2 par km, il devrait passer à 500 euros, dès le 1er janvier prochain.

Même effet pour les véhicules émettant entre 150 et 155g de CO2 par km, avec 600 euros de plus.

Parmi les véhicules français, ce sont les monospaces familiaux qui seront les plus touchés.

Ainsi, pour l’achat d’une voiture Citroën C8, la taxe devrait être comprise entre 2.200 et 4.000 euros (en fonction du modèle). Jusqu’à ce jour, cette taxe ne dépassait pas 3.000 euros.

Les audi vont subir un lourd tribu avec une taxe maximale pouvant atteindre 8.000 euros, selon le modèle (notamment les A6, A7 et A8).

Les petites voitures citadines seront épargnées par le dispostif, telles que notamment les Renault Clio et Twingo, ainsi que la Peugeot 107.

A noter que le bonus automobile sera également plus difficile à obtenir, à partir du 1er janvier 2014.

Le bonus ne s’appliquera qu’aux véhicules les moins polluants. De plus, la prime sera réduite.

A titre d’exemple, pour un véhicule rejetant moins de 20g de CO2/km, la prime diminuera de 700 euros, pour s’établir à 6.300 euros. Cela devrait encore freiner davantage la reprise du marché automobile…

malus automobile